Pour ceux qui ont peur d'oser - TER'HAPPY Eugénie THEVENON Coach professionnel certifié Troyes Aube Champagne Grand Est

Aller au contenu

Pour ceux qui ont peur d'oser

Quelque soit votre demande, je vous invite à OSER… Nous perdons beaucoup de temps à ne pas oser : oser demander de l’aide, oser s’apaiser, oser se dépasser, oser la vie, oser sa vie, oser se libérer du passé, oser avancer… Par peur, peur d’être jugé, peur de ce qu’il pourrait se passer, peur de ce qu’on pourrait dire de nous, peur du regard de nos proches… Et pourtant…Je me coupe, je saigne, j'ai besoin de point de sutures, je consulte... je vis un choc psychologique je saigne émotionnellement, il est légitime et sain de demander de l'aide. Tous les comportements que nous mettons en place à un moment donné de notre vie (fumer par exemple / manger...) ont du sens et une utilité dans notre équilibre. Des besoins individuels émotionnels psychologiques et affectifs y sont intimement raccordés : être accepté, aimé, intégré, reconnu, exister, dire non, s'apaiser émotionnellement… Toutes les problématiques rencontrées ont du sens.

Vos réactions émotionnelles, votre manière d’interagir avec l’extérieur, votre manière de réagir, tout cela, tout a été appris, ou mis en place comme stratégie d’adaptation et/ou compensation à une situation vécue.
 
Le psychisme tout comme le corps humain se développent et s’adaptent à leurs environnements. Ainsi un jogger qui court et développe de la corne sur ses pieds du fait du frottement de sa chaussure contre ses orteils lorsqu’il enchaîne les foulées, utilise l’intelligence inconsciente de son corps pour se protéger. Son corps n’est pas fou, il s’adapte simplement et intelligemment aux conditions environnementales.

C’est la même chose pour celui qui développe de la corne sur ses mains lors d’activités manuelles répétées. Pour prendre soin de lui et empêcher que la corne ne cause des conséquences douloureuses sur sa foulée, il prendra soin de ses pieds et ira chez un spécialiste régulièrement afin d’affiner la corne présente.
 
Transposons cela au niveau psychisme. C’est plus abstrait puisque non palpable, et, dans la société, encore tabou. Un coté mystérieux englobe tout cela, alors que de mon point de vue c’est très pragmatique.
 
Nous avons un corps physique que l’on soigne lorsqu’il est blessé. J’ai une fracture, bah je vais consulter un orthopédiste qui met en place un traitement (plâtre…) pour aider mon corps à se réparer de lui-même avec des outils de soins.
 
  • L’homme porte en lui une dimension affective et émotionnelle, fragile et cathartique. Ce n’est pas palpable, c’est de l’ordre du ressenti. Tous les traumatismes émotionnels impactants non traités sont des plaies béantes intérieures invisibles qui saignent et crient en sourdine. Cela génèrent des limites voire des troubles (nuancés selon l’importance) qui peuvent alterer la qualité du lien à soi et des relations interpersonnelles.

  • EXEMPLES : non-exhaustifs

J’ai été humilié enfant par un prof : j’ose plus m’exprimer en groupe, j’ai peur de me tromper…. ETC

On s’est moqué de moi à l’école, j’ai été rejeté car différent : je suis timide…

Mes parents étaient exigeants : je doute de moi constamment…je suis intransigeant…

J’ai été trompée par un ex petit ami, j’ai eu très mal : je me méfie de mon conjoint et je n’arrive pas à lui faire confiance, je me sens en insécurité permanente alors que celui-ci il est vraiment top…et je sabote ma relation…

J’ai eu un patron pervers narcissique qui à coups de joutes verbales subtiles a atteint l’intégrité de mon estime personnelle : je me ne fais plus confiance, je doute constamment de moi de ma capacité à créer…je me sens être moins que rien.

La liste est longue… parfois ce sont des événements qui nous paraissent plus anodins qui viennent à la manière d’un tampon s’imprimer dans la sphère émotionnelle d’un individu, chamboulant son équilibre et perturbant son bien être intérieur.
 
Ceci est comparable à un traumatisme physique. Je ne suis en rien responsable des conséquences psychologiques liées à un événement traumatique et ce que cela déclenche en moi comme réaction, je suis simplement responsable de ce que j’en fais dans ma vie.
 
Un enfant qui déclenche une phobie scolaire parce qu’il a été victime de harcèlement à l’école, n’est pas responsable de son hyperactivité émotionnelle et de la panique qu’il vit. Il a juste en lui une blessure béante qui lui rappelle que l’école est un environnement qui peut nuire à sa vie. Il réagit bien en somme, il a simplement besoin d’aide pour se soigner. Il porte en lui une fracture psychologique qui saigne et qui ne se voit pas…
 
De multiples événements de vie impactent l’individu dans la sphère la plus intime de son être. Celle de l’estime de soi, de la valeur qu’il s’accorde, de l’image de soi., la confiance en soi, en la vie, dans son affectivité, son identité…
 
Nous en avons tous à un moment donné été bousculé par la vie, à la manière des hématomes qui laisse des traces sur le corps, des hématomes de l’Âme: Les bleus de l’Âme…

Notre société banalise la violence qui  malheureusement ponctue notre quotidien sans que nous en ayons réelement conscience, mettant ainsi du flou dans le discernement du collectif nous faisant accepter et intégrer parfois l'inacceptable.
 
Voici une LISTE DES COMPORTEMENTS BLESSANTS ET TRAUMATISANTS (non exhaustive) IMPACTANTS SUR L’ESTIME DE SOI / LA CONFIANCE EN SOI : (d'autant plus impactant qu'ils viennent de personnes proches et/ou en posture d'autorité : parents/ amis/conjoint(e)...chef...) non reconnaissance, ignorance, négation des besoins affectifs et émotionnel, isolement affectif, paroles dégradantes humiliantes, ( tant par le ton le non verbal, que par les mots ) insultes, atteinte à la dignité, mépris, dédain, moquerie, négligences, emprise psychologique, trahison, rejet, aliénation, critiques répétées, harcèlement, manque de respect, non-respect des limites posées, cris, menaces, humiliations publiques, critique de vos centres d’intérêts, disqualification de vous, de ce que vous aimez, injonctions paradoxales, chantage affectif, être le bouc émissaire d'un groupe, être isolé du groupe, intimidation, manipulation, abus émotionnels ( domination, tromperie, abus de confiance, .être utilisé, objectisé...) ,violence physique ( gifle, se faire bousculer volontairement, coup de poing, coup de poing dans les murs, lancer le matériel, les assiettes, griffure morsure, coup de coude...) violences sexuelle ( main aux fesses, propos déplacés, insistance de proposition malgré plusieurs refus, toucher le corps de l'autre sans son accord, frôler sans l'accord, imposer des bisous, attouchement , imposer des rapport sexuels en couple, viol...)...



Retourner au contenu