Mon blog - TER'HAPPY Eugénie THEVENON Coach professionnel certifié Troyes Aube Champagne Grand Est

Aller au contenu

Le Tabac: grosse escroquerie avec soi même

TER'HAPPY Eugénie THEVENON Coach professionnel certifié Troyes Aube Champagne Grand Est
Publié par · 9 Août 2019
Voici une brève reflexion autours du "comportement de fumer".

Il ne s'agit en rien d'un jugement, bien au contraire (j'ai eu moi même cette dépendance de laquelle je me suis libérée). L'idée c'est de partager avec vous mon cheminement et les graines qui ont germées dans mon esprit.



Je ne sais pas vous mais pour moi ma première cigarette était vraiment beurk J'ai 11 ans à cette époque. Je suis en 6ème. C'est un jeudi après-midi, je n'ai pas école. Ma mère est à la croix rouge elle fait du bénévolat. C'est une femme qui a grand coeur. Avec une copine, on décide de faire comme nos parents. Je sais où se trouve le paquet de tabac  à rouler de ma maman: il est dans le tiroir du meuble de la cuisine près de la fenêtre. Chacune notre tour, on tente de rouler une cigarette, et pfff, c'est vraiment pas facile. Il faut mettre le tabac dans la feuille, lécher la feuille et serrer le tabac tout en roulant le papier pour que  la future cigarette ait une forme digne de ce nom.

Imaginez deux pepettes hautes comme trois pommes, s'employant à cette tache, qui requiert disons-le nous quand même, un peu de dextérité.  Bah pour être honnete, c'est un peu la crotte... Du tabac par terre, du tabac qui colle sur la langue, une cigarette pas compact, qu'on allume et sur laquelle on ne peut pas tirer, car le collage est très approxiatif...



On décide donc de faire les fonds de tirelires respectifs et de mettre en commun pour l'achat d'un paquet de gauloises sans filtres. Ce sont les cigarettes que la mère de mon amie fume, et elles coûtent pas cher, quelque chose comme 10 francs. On va faire un tour au bureau de tabac et hopla le tour est joué. On fume plusieurs cigarettes du paquet en crapottant, on tousse, on fait comme si ça ne nous fait rien alors qu'en vrai c'est degueux et ça brûle. On veut faire comme les grands. Et puis vers 17h on se quitte. Nous vivons une deuxième après midi du même acabit quelques semaines après dans laquelle on intègre une troisième copine ( ses parents à elle ne fument pas) qui déteste fort cette expérience. Elle elle n'a jamais été fumeuse.

Mes parents étaient eux mêmes fumeurs. Bah oui l'environnement dans lequel vous vivez déteint obligatoirement sur vous puisque c'est le premier lieu d'apprentissage du savoir être et des comportements acceptables ou non. Vous modelez ainsi votre personnalité en grande partie par imprégnation et infusion de la cellule familliale, de son histoire et de l'inconscient collectif invisible qu'elle porte en elle.  Vous voulez ressembler aux personnes que vous aimez.

Le tabac au départ c'est une grosse escroquerie avec soi même!!! Ca pue, ça pique la gorge, ça fait tousser, et vous y aller quand même... En fait pour commencer à fumer, il faut se mentir et avoir une vision biaisée et banalisée du produit... Le corps lui ne ment pas sauf si on lui apprend à ne plus écouter ses sensations et à nier ses ressentis. On peut lui apprendre aussi à aimer la douleur et la souffrance lorsque le bénéfice immédiat imaginé a plus d'importance que les conséquences encourues, notamment si cela répond a un besoin émotionnel et affectif à un jeune age, s'il touche à vos valeurs, à une partie de votre identité, et que le comportement vous a permis quelque chose.

Cela pervertit le rapport à la vie, puisque le message initialement délivré par le corps de toxicité qui est juste est nié. Il est mis en sourdine au bénéfice  des représentations et de ce qu'il se joue psychologiquement dans la situation vécue.  D'ailleurs une partie de vous le sait puisque vous culpabilisez aisement  de votre comportement ou vous vous braquez lorsqu'un autre le pointe du doigts.

Moi par exemple, le tabac a rempli  plusieurs fonctions dans ma vie comme l'intégration dans les groupes.  J'étais une enfant très réservée, je manquais de confiance, d'habileté sociales et je ne savais pas trop comment faire pour m'intégrer. J'avais en vrai très peur d'être rejetée. Du coup j'ai fait comme les copains et les copines, même si au fond j'aimais pas ça.

Il m'a servit aussi à exprimer un semblant de liberté et à m'affirmer. J'ai évolué dans un cadre plutôt autoritaire où on explique pas, et moi si je comprends pas, bah ça marche pas. De cette manière c'est moi qui décidait un peu, notamment pour dire à mes parents tu vois là c'est moi qui choisit, et je fais ce que je veux. Cette liberté toxique est illusoire puisque j'agissais en réaction à, et non par vrai choix et que j'étais menotée par le tabac. C'est d'ailleurs en conscientisant le manque de liberté, la dépendance et les conséquences que j'ai décidé d'arreter. Un comportement a toujours une fonction aidante au moment ou il est mis en place. Maintenant vous êtes adulte et êtes en capacité de faire autrement.

Souvenez vous de vos premières cigarettes. Elles sont génératrices d'un réel mal être: la tête tourne, vous toussez, la bouche devient sèche. La langue est chargée d'un gout désagréable qui l'alourdit. Et vous décidez quand même d'aller au dela des sensations d'alerte de votre corps. Pour quel(s) bénéfice(s) inconscient(s) vous infligez vous ce comportement destructeur? Avez-vous mimé vos parents? Un des messages inconscients passé est de nier les ressentis puisque papa et maman le font, c'est que c'est pas si terrible, même si ce que je ressens me met mal.

En vrai vous perdez le contact avec une part importante de vous même. Qu'est ce que l'usage du tabac vous a permis et vous permet encore aujourd'hui? Comment est il intégré dans votre vie? Quel exemple inconscient maintenant conscient montrez vous à vos enfants?

On parle de pollution à grande échelle, d'environnement d'écologie. Et si nous revenions  déjà à l'échelle de l'humain. Ce qu'il se passe sur la planette n'est que le reflet macro de ce qu'il se passe à l'echelle de l'individu. Revenons aux bases vous voulez bien. Vous: votre environnement premier est votre corps.

Comment en prenez vous soin? Comment le polluez vous?

Imaginez votre corps comme une mer? Y jetez vous des déchets?

La polluez vous en deversant des hydrocarbures en fumant? Cela fait scandale lorsque ça parait au JT, pourquoi ça devrait être banalisé à l'échelle de votre vie?

Vous habitez votre corps non? Est ce que cela vous plairait de vous baigner tous les jours dans une mer pleine de pétrole?

Et pourtant à travers des comportements que la société banalise, c'est ce qu'une très grande partie d'entre nous faisons. On mange de la malbouffe, on fume, on boit des sodas...

Qu'est ce que vous croyez mériter en terme de santé? Comment décidez-vous de prendre soin de vous?

Je vous laisse sur ce questionnement, et vous souhaite une très belle journée...

Prenez soin de vous,

                                        Eugénie Thevenon






Aucun commentaire
Retourner au contenu